> Notre histoire > Pourquoi Magdala ?

Magdala, pourquoi ce nom ?

En  1986, lors d'une des premières assemblées communautaires, les personnes présentes ont proposé des noms pour désigner la communauté.
Le choix s'est porté sur Magdala, ce village de Palestine où vit Marie de Magdala (autrement appelée Marie-Madeleine), femme que la tradition chrétienne a souvent associée à la femme pécheresse dont parlent les Évangiles (cf. Évangile selon St Jean, chap. 8,1-11).

Nous nous sommes reconnus en cette femme rejetée exclue, jugée :
« Nous aussi, on est rejeté comme Marie de Magdala, on est considérés comme des riens du tout ».

Dans le passage d'Évangile, cette femme, qui doit être lapidée, est amenée devant Jésus. Mais Jésus, assis répond : «Que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre ! ».
Jésus se redresse et appelle la femme à se relever. C'est un geste qui humanise profondément la personne. Que nous soyons croyant ou non, nous avons reconnu que nous sommes profondément  en accord avec cet accompagnement mutuel : mouvement d'abaissement qui permet de se faire proche de l'autre, de le rejoindre et de lui permettre de trouver en lui-même le désir et la force de se relever.

C'est ce que disait l'un d'entre nous :
« Même si je ne suis pas croyant, je me retrouve bien dans ce geste de Jésus qui permet à cette femme de se remettre debout. Je suis en accord avec ce que Jésus vit avec cette femme de Magdala. Et moi qui suis incroyant , j'ai bien ma place dans la communauté de Magdala ».
La dignité de cette femme, de tout être humain, comme celle de chacun(e) d'entre nous, quelle que soit sa misère ou son péché, nous est révélée : elle est profondément respectée.

La devise de Magdala est : "Lève-toi et marche".
  
Dans l'Évangile, par cette parole, Jésus guérit  une personne de la paralysie. Cette guérison d'un homme nous invite à nous lever ou à nous relever, à reprendre confiance et marcher dignement  dans la vie et à appeler d'autres à faire de même…